evaluateur_agree_slide
bureau-papier-oeaq

Congrès 2017

L’OEAQ sera honoré de recevoir M. Régis Labeaume, maire de Québec, qui présentera l’allocution d’ouverture.

En savoir plus
Personne lisant un contrat de service

Communiqué

Surévaluation du marché immobilier : l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec s’inquiète de préjudices potentiels pour les acheteurs et emprunteurs

En savoir plus
Personne lisant un contrat de service

Communiqué:

L’Ordre des évaluateurs agréés du Québec salue les nouvelles mesures de contrôle sur les prêts hypothécaires mais…

En savoir plus
bureau-papier-oeaq

Projet de loi 98:

L’Ordre cosigne avec 43 ordres professionnels, le texte collectif  

« Nous ne méritons pas cette mauvaise presse »

 

En savoir plus
Personne lisant un contrat de service

Nouvelle page Facebook

L’Ordre des évaluateurs agréés du Québec est maintenant sur Facebook !

Visitez notre page et faites-nous part de vos commentaires ! 

24aaffa670e634a7da9a087bfa83abe6_normal

En savoir plus
bureau-papier-oeaq

Non-respect des normes de pratique :

tolérance zéro! / Avis aux membres

En savoir plus

É.A. : UNE SIGNATURE, UNE GARANTIE

L’évaluateur agréé formule une opinion objective et motivée sur la valeur d’un bien ou d’un droit immobilier. Il procède à l’examen méthodique du marché immobilier et génère un rapport d’évaluation. Une évaluation immobilière est requise pour :

  • acheter, vendre, construire une propriété;
  • négocier un financement hypothécaire;
  • confectionner le rôle d’évaluation municipale;
  • contester l’évaluation municipale, s’il y a lieu;
  • une expropriation;
  • connaître la valeur assurable d’un bâtiment;
  • le fonds de prévoyance d’une copropriété;
  • etc.

L’évaluateur agréé est aussi un gestionnaire immobilier qui conseille son client sur la rentabilité et la croissance des actifs immobiliers.

L’Ordre des évaluateurs agréés a le mandat de protéger le public en surveillant la qualité des actes posés par ses membres. Il s’en acquitte en appliquant divers mécanismes de contrôle: les sanctions disciplinaires, l’inspection professionnelle, la réglementation (le Code de déontologie, les Normes de pratique professionnelle), la formation continue obligatoire, l’admission, l’assurance de la responsabilité professionnelle.